21 décembre 2008

Chemin de fer

On prend toujours un train pour quelque part, même si l'on a nulle part où aller. C'était le cas ce matin là. On ne peut se tromper lorsque l'on n'a pas de destination. J'attends, debout, en observant le paysage flou défiler. Je ne cherche rien, mis à part l'oubli et le bonheur qui ne peuvent pas être pris en compte. J'espère simplement. Je t'aime encore. Je nous revois dans cette gare de ferraille, aux poutres gigantesques et crasseuses qui angoissaient la foule. Il y a une heure, je respirais... [Lire la suite]
Posté par Felzvyn à 13:47 - Commentaires [3] - Permalien [#]